En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu FR AIB logos Tutelles : CNRS - UT3 (Université Paul Sabatier)

FR AIB

Agriculture : Comprendre les mécanismes d’émergence de nouvelles maladies

injection
© A.Guidot
Comprendre comment les agents pathogènes évoluent et s’adaptent pour devenir plus agressifs ou capables d’infecter de nouveaux hôtes constitue un enjeu majeur en santé publique comme en agriculture. Afin de mieux comprendre les mécanismes de cette adaptation, des chercheurs du Laboratoire des Interactions Plantes-Microorganismes (LIPM - INRA / UT3) et Évolution et Diversité Biologique (EDB - CNRS / UT3) ont justement recréés, en laboratoire, les conditions d’évolution d’une bactérie pathogène de plante. Cette étude a permis d’identifier plusieurs mutations au niveau de gènes clefs de voûte de l’adaptation à la plante hôte.

Une association unique

FMGuidot

Afin de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans l’émergence de souches possédant de nouvelles capacités infectieuses, il fallait nécessairement combiner deux approches différentes, deux échelles de raisonnement mêlant génétique, études des interactions entre espèces et études de populations. L’approche mécanistique tout d’abord, au niveau du gène afin de comprendre comment le patrimoine génétique de l’agent pathogène se remodèle a été conduite par le LIPM, un laboratoire de biologie spécialisé dans les interactions plantes / micro-organismes. L’approche évolutive, au niveau de la population a quant à elle été menée par un laboratoire d’écologie, EDB, capable d’appréhender la pression de sélection et ses effets sur des populations entières. Cette association entre disciplines scientifiques complémentaires constituait la condition sine qua none pour recréer en laboratoire les conditions d’évolution d’une bactérie pathogène des plantes et en tirer les conclusions adéquates…

Un gène clé dans l’adaptation de la bactérie à la plante

Ralstonia solanacearum, l’agent pathogène testé, est la bactérie responsable du flétrissement bactérien, une des premières bactérioses mondiales chez les végétaux affectant, principalement en régions intertropicales, plus de 250 espèces végétales parmi lesquelles figurent pomme de terre, tomate, tabac, arachide, bananier… Cette bactérie, réputée pour sa capacité d’adaptation, évolue et devient une menace en Europe où plusieurs foyers infectieux ont déjà été détectés.

Afin d’identifier les bases moléculaires de l’adaptation de R. solanacearum à ses plantes hôtes, les chercheurs toulousains ont confronté, en environnement confiné, cette bactérie à cinq espèces de plantes différentes. Grâce à des passages successifs de plantes malades en plantes saines mais toujours au sein d’une même espèce de plante, les bactéries ont été contraintes de se développer et d’évoluer sous l’effet d’une pression de sélection constante et ce durant un minimum de 300 générations… Des souches de bactéries « évoluées », adaptées à la tomate, à l’aubergine, au géranium, au chou ou au haricot ont ainsi été obtenues. Le séquençage des génomes complets des souches adaptées à la tomate ou au haricot en comparaison au génome originel ont notamment permis de révéler des modifications significatives : des mutations récurrentes. C’est-à-dire que des mutations ont touché un même gène en dépit du fait que les populations de bactéries ont évoluées de manière totalement indépendante sur une même espèce de plante. L’avantage induit par ces mutations a de plus été confirmé par des approches de génétique inverse chez la souche originelle.

La fonction de ce nouveau gène clé dans le processus adaptatif de la bactérie reste encore à établir mais cette approche d’évolution expérimentale en laboratoire s’avère un champ d’investigation particulièrement prometteur pour déchiffrer les mécanismes d’évolution des bactéries au cours de l’infection des plantes. Ainsi en rejouant l’histoire de leur évolution, les chercheurs pourront anticiper celles à venir…